Actu. réseau

Recherche

Recherche Avancée

D'avril

Réference : 263
Afficher les autres fiches de Adeline
Présentation
Création de la fiche : 2008-12-17
Espèce : Chou-fleur
Nom du cultivateur : Michel Cabioche
Lieu de culture : 2008, St-Pol-de-Léon (Nord Finistère, 29)
Origine de la variété :
Locale.
Provenance de la semence :
Récupérée chez un autre paysan du coin.
Nom du rédacteur : Adeline François
Intérêt de la variété :
Variété locale, vraiment très adaptée au coin.
méthodes de sélection : Population
Nom latin de l'espèce : Brassica oleracea var.botrytis
Description générale
Description morphologique / botanique globale :
Population très homogène
Pomme légèrement en forme de poire, bien recouverte. On peut les planter très serrés, ils feront quand même une pomme très grosse.
Agronomie :
Semis des choux-fleurs d'avril en même temps que ceux de mars, autour du 14 juillet, en pépinière : on sème 5 petites rangées par plate-bande, en poquets espacés de 2-3 cm. On bine, on bâche pour éviter la mouche du chou. L'avantage de garder des graines au congélateur, c'est que si les jeunes plants sont envahis de mauvaises herbes, plutôt que de passer trop de temps à désherber, on peut les brûler et refaire un semis. Tandis que si on achète les plants, en cas de pépin on est obligé de se débrouiller pour récupérer ceux qui sont là, parce que ça coûte très cher d'en racheter.
Plantation à la machine, en été, sur un terrain suffisamment propre de mauvaises herbes, et après passage du rotavator. Un ou deux binages suivront. Le but est de ne pas se faire dépasser par les mauvaises herbes qui poussent entre les rangs.
« Avant, on plantait ça au carré, comme ça on pouvait biner dans les deux sens. »
« On n'a pas de maladies dessus, c'est une variété très très adaptée. »
La récolte, en avril, est échelonnée sur 3 semaines environ.
Pour la semence, on garde 40 ou 50 pieds. On ramasse les graines par temps froid et sec, afin qu'elles sortent bien des siliques.
Bibliographie / Histoire :
* A l'époque où les paysans faisaient leur semence, le verre de graines de chou-fleur (population) se vendait 600-700 francs. Les paysans ont arrêté de faire leur graine il y a environ 25 ans, quand sont apparus les hybrides.
* Dans les années 65-70, la SICA de St-Pol-de-Léon a créé l'OBS (Organisation Bretonne de Sélection) : ils ont récupéré toutes les bonnes souches de choux-fleurs de la région, sélectionnées par les paysans, qu'ils ont développées à l'OBS. L'objectif était ainsi de décharger les agriculteurs du travail de sélection, mais beaucoup de ces variétés ont vite dégénéré au sein de l'OBS. Ensuite, l'OBS est parti sur de l'hybride, donc toutes ces variétés-là sont passées à la trappe : ils ne les ont plus travaillées, elles ont été perdues. Heureusement, quelques agriculteurs avaient quand même gardé leurs variétés ; certains dans leurs champs, d'autres dans les congélateurs.
* « La plupart des producteurs de choux sont devenus prestataires de service : ils achètent leurs plants en mini-motte, ce qui leur coûte déjà 6-7 centimes d'euros, et ils vendent les choux-fleurs 20 centimes d'euros. Avec toute la mise en place, l'engrais, tous les produits phytos, la livraison, il ne reste pas grand chose. Avec les prix actuels, ils y gagneraient à faire leur semence. »
Description technique
 
 
Creative Common - Some Rights Reserved